Les histoires

Les Enseignements Des Loups Dans Une Entreprise Familiale Finement Tissée

En troquant sa fourche contre une aiguille à coudre, Armand Allard a créé une entreprise familiale à l’identité intimement liée à Megève.

Dans les piles ordonnées de vêtements haut-de-gamme de chez AAllard à Megève, vous pourriez être surpris de trouver une rangée de pantalons en velours à franges. Mais ce n’est pas un accident, c’est du sur mesure conceptuel. Cette approche a priori étrange à l’ère manucurée de la mondialisation vient en fait du grand-père Armand Allard. Ce garçon de ferme fut l’inventeur du célèbre fuseau bien ajusté connu dans le monde entier (pantalon de ski à élastiques) qui a révolutionné les vêtements de ski et ajouté une touche de glamour sur les pistes. Certaines de ses innovations, toujours actuelles, sont devenues des atouts pour la communauté qui bénéficient à toute la population de cette destination de luxe pour skieurs. 
Best of the Alps s’entretient avec Antoine Allard sur les racines entrepreneuriales au cours d’une promenade d’après-midi avec le père et le fils dans cette ville pittoresque. Objectif : comprendre ce qui leur confère cette forte identité.

Au-dessus de l’entrée de chez AAllard, un chien et un loup veillent sur les lettres de l’emblème volumineuse en bois sculpté. On ne peut s’empêcher de s’interroger sur le rapport de ces personnages mystiques avec le concept de la boutique connue pour sa gamme exclusive de vêtements de luxe qui se décline dans un choix allant du cachemire à la laine d’agneau. Ni loup ni chien n’apparaissent sur les étiquettes des vêtements. Peut-être font-ils partie d’une légende locale ?
Faire des achats chez AAllard est symbole de statut : leur marque n’est vendue nulle part ailleurs dans le monde, ni sur Internet, volontairement. L’entreprise familiale est gérée par la 3e génération de Allard. « Conserver l’entreprise dans la famille est très important pour nous », déclare Antoine Allard. Jamais un investisseur n’a été impliqué. Et ils ont bien l’intention de garder les choses telles quelles. Un simple coup d’œil à la tenue de M. Allard et vous remarquerez aussitôt la qualité supérieure du tissu et la coupe exceptionnellement bien ajustée de son pantalon de velours bleu ciel, jusqu’aux plus fins détails de sa chemise et de sa veste bleu marine. L’emblème Allard, toujours présent tout en restant discret, signale un article de qualité pourvu de détails incroyablement bien pensés.

Le secret du fuseau

L’histoire de la famille AAllard est fermement enracinée dans ce lieu magnifique de la partie savoyarde des Alpes. Le grand-père, Armand, fils de fermier né et élevé à quelques kilomètres en dehors de la ville, a troqué sa fourche contre une aiguille à coudre et ouvert à Megève un petit atelier de confection sur mesure dans les années 1920. Ceci a précédé le lancement de cette localité comme première station de sports d’hiver de luxe de la France par la Baronne Noémie de Rotschild. Simple communauté paysanne jusqu’en 1924, la vie se déroulait essentiellement autour de l’église au clocher baroque, juste au-dessus de la place de l’Église où se situe aujourd’hui la boutique principale.

Abordé par le champion de ski Emile Allais afin de concevoir des pantalons plus fonctionnels résistant à la neige et au vent, Armand Allard imagina le fuseau pratiquement du jour au lendemain. Une victoire pour le pantalon avec le fameux élastique au pied pour le maintenir dans la chaussure, car toute l’équipe de ski française l’adopta peu de temps après. Bien que la première matière utilisée fut le loden, le style stretch typique se développa dans les années 1950. Cette vogue se répandit vite sur les pistes comme hors-piste chez les femmes chic de Paris. Le secret du fuseau, c’est un bon ajustement à la jambe sans trop serrer, un secret bien gardé par les Allard.

Grand-père Allard était aussi un homme d’affaires clairvoyant qui avait compris que l’innovation était gage de longévité pour une entreprise. À l’intérieur de ses vêtements de tous les jours, il dissimulait des petites astuces : par exemple, un morceau de tissu supplémentaire était cousu à l’intérieur des pantalons pour pouvoir l’élargir en cas de besoin, ou encore, chaque fermeture éclair était polie à la main pour glisser sans-à-coups.« Et voici ici un autre petit détail », M. Allard nous montre une doublure en velours au niveau de la ceinture qui aide à garder la chemise rentrée dans le pantalon. En substance, la marque Allard créé des vêtements qui anticipent vos mouvements et pensent un petit peu à votre place.

Cultiver le luxe

En examinant la gamme de produits, vous trouverez une petite sélection de vêtements basiques, pantalons, chemises, vestes et pulls. La production de masse n’est pas leur objectif. « Nous ne voulons pas que tout le monde soit habillé de la même façon », affirme M. Allard. Touchez le cuir souple du blouson aux poignets cousus main et la valeur fondamentale de AAllard pour une production écologique des vêtements vous paraîtra alors évidente. « Si vous ne traitez pas bien l’animal, vous n’obtiendrez pas un bon cuir. Donc, pour nous, préserver l’environnement n’est pas un argument, c’est une conclusion », soutient M. Allard. La même chose vaut pour la qualité générale de chaque vêtement. « Si une collection n’est pas prête, nous ne sommes pas forcés de la sortir immédiatement. Ce qui compte, c’est la perfection ». Un principe directeur qui assure à la famille Allard son endurance, un authentique luxe pour un homme d’affaires qui se base sur une clientèle qui n’achète qu’une à deux fois par an. Megève, affichant une population d’un peu plus de 4 000 habitants, héberge davantage de propriétaires de résidences secondaires que de visiteurs de ses 1 500 hôtels réunis.  C’est pour cette raison que M. Allard se permet de dire avec un semblant de fierté : «Voilà pourquoi vous n’achetez pas du AAllard : on vous vend du AAllard. »

Le loup et le chien

M. Allard père, Jean-Paul, entre dans le magasin. C’est un homme élégant habillé d’un pantalon de velours bordeaux, très avenant. Ce doit être dans leurs gènes. Il nous invite à une rapide balade à travers la ville jusqu’à leur seconde boutique qui propose des accessoires, foulards et chapeaux. L’air est frais en ce matin d’hiver ensoleillé. En chemin, nous nous arrêtons à plusieurs reprises : les Allard font un brin de causette avec des habitants ou des clients. Quelques skieurs sont en route vers la télécabine. « Je ne skie qu’environ 15 jours par an mais ce sont les meilleures journées qu’on puisse imaginer », s’exclame M. Allard junior. « Nous nous développons lentement en tant que communauté mais en direction du luxe au sens bon et positif du terme. Le pire est de changer sans cesse et nous sommes soucieux de protéger cela. » Ceci prend tout son sens quand M. Allard senior conclut : « Après tout, AAllard ne serait pas AAllard sans Megève, et vice-versa. »

De retour à la boutique principale, il nous indique le grand panneau en bois à l’emblème imposante représentant des chiens et des loups au-dessus de l’entrée. Ce sont les deux animaux favoris de M. Allard père. On saisit alors aussitôt d’où vient le fort sentiment d’appartenance de la famille Allard : les loups vivent en meutes, ce qui inspire confiance et responsabilité.
Puis Allard junior va chercher une mallette en métal argenté à l’intérieur : ils viennent de produire un blouson en cuir en édition limitée pour le 60e anniversaire de l’altiport de Megève. Il se met alors en route pour aller en donner un exemplaire à Jacques Brun, le célèbre pilote qui gère l’aéroport. Mais ceci est une autre histoire.

www.aallard.com

Texte: Sandra Pfeifer // friendship.is
Photos: AAllard; David Payr // friendship.is

Lire les histoires